The handmaid’s tale saison 3 : l’apologie du courage

La vie peut être difficile, parfois, c’est un fait. Alors on choisit de s’évader, de faire des choses qui nous plaisent et qui nous font du bien pour aller de l’avant. Continuer à vivre chaque jour, avec enthousiasme, force et volonté.

Les séries TV nous aident, parfois à passer de bons moments. Elles nous font rire, nous révoltent ou nous font pleurer. Certaines ont également le don de nous rappeler ce qui est essentiel. The handmaid’s tale est une de ces séries coup de poing, une qui remue les tripes. Et la saison 3 a encore monté de niveau sur ce point. D’ailleurs, si vous ne l’avez pas encore visionné, il est préférable pour vous « d’aller cliquer ailleurs » (svp 😉 !) pour éviter les spoils.

Les droits de femmes en exergue

La série met en scène une société dans laquelle les femmes sont privées de leurs droits fondamentaux.

Rappelons les faits. Dans The handmaid’s tale, les Etats-Unis vivent sous le joug d’une dictature nommée Giléad, qui relègue les femmes à des rôles de reproductrices, femmes de ménages ou maîtresses de maison. Elles n’ont le droit ni de travailler, ni de lire, ni de s’exprimer. Leurs droits fondamentaux sont constamment bafoués et elles subissent des violences sexuelles ritualisées, au nom de la sauvegarde de l’espèce. Une société barbare, qui tente d’annihiler toute volonté de rébellion et impose une soumission totale par un contrôle armé. La menace de représailles ou de mort pesant constamment sur elles, les femmes ont peu de voies de recours. De nombreuses scènes de la série sont choquantes et peuvent laisser sans voix, nauséeuse, perplexe et mal à l’aise (pour ma part), de ce fait. L’inhumanité ambiante semble laisser peu d’espoir, dans cet univers irréel. Et pourtant.

The handmaid’s tale : l’apologie du courage des femmes

Pour narrer cette histoire, basée sur le roman de Margaret Atwood, on suit les aventures de June, servante qui vit chez un Commandant, afin de porter ses enfants. De la saison 1 à la saison 3, on la voit survivre, impuissante, au départ et de plus en plus révoltée, au fil des épisodes.

June, l’héroïne de The handmaid’s tale.

Refusant cette vie horrible pour ses enfants, elle commence à se battre, avec les seules armes qui lui restent : sa volonté, son intelligence, sa pugnacité et son courage.
La saison 3 de The handmaid’s tale est l’image même du courage dont peuvent faire preuve les femmes. June organise secrètement un réseau de résistance et appuyée par d’autres servantes et femmes de maison, parvient héroïquement à sauver des dizaines d’enfants de leur condition, en les aidant à fuir jusqu’au Canada. Elle sacrifie d’ailleurs sa propre liberté pour atteindre son but, et doit, au détour de son action faire de terribles choix.
Comme je l’ai déjà écrit dans un précédent post, cette série US est souvent difficile à regarder, mais dans une société mettant parfois les valeurs humaines sous sommeil, il est revigorant de s’imaginer que les femmes, malgré toutes les souffrances subies, peuvent conserver la capacité de se montrer fortes, solidaires, courageuses et combatives. Dommage que dans cette série, ce soit par désespoir et parce qu’aucun autre choix ne se pose à elles.

Le combat pour le droit des femmes

L’actualité est ce qu’elle est. Et alors que les débats sur les violences faites aux femmes est relancé, on ne peut que faire un parallèle. Dans The handmaid’s tale, ces femmes ayant peu de ressources, se battent pour les enfants qu’elles mettent au monde, pour les enfants d’autres mères, pour que les générations qui les suivent ne subissent pas ce qu’elles subissent. Et c’est en cela que réside la beauté de ce combat. Seule une mère peut agir de cette façon. Se battre comme une lionne, sans concessions pour cette finalité.
Le combat de June est le nôtre. Nous femmes d’aujourd’hui, ne devons pas oublier que nos mères, nos grands-mères et leurs propres parentes se sont battues pour faire avancer la cause des femmes. Pour que nos droits soient reconnus, pour que nous ayons accès à l’éducation, puissions vivre de manière autonome ou que nous ayons simplement le choix de faire ce que nous voulons.

Traçons le sillon pour les futures générations de femmes et démontrons-leur que beauté, intelligence, force et volonté vont de pair et que nous en sommes toutes remplies.
Rendons hommage à nos aïeules (je m’enflamme !!!), continuons à nous battre pour que cet état de fait perdure et restons vigilantes lorsque nos droits sont bafoués. The handmaid’s tale nous le rappelle cruellement mais ô combien, justement !!!

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Sabrina Biodore

Rédactrice web, auteure et blogueuse, je suis fan de séries TV et de cinéma. J'ai choisi la thématique des séries, pour mon premier blog, car, à mon sens, elles nous aident à réfléchir et à amorcer des axes de réflexion sur le monde d'aujourd'hui. Elles ont d'ailleurs, un impact sur celui-ci. N'hésitez pas à commenter les articles, apporter des suggestions, vous inscrire sur la page Facebook Serial series Addict ou (pourquoi pas !), me soutenir via ma page Tipee. Bienvenue à tous les serial series @ddicts et bonne lecture !!! Ma page Facebook : https://www.facebook.com/Serial-Series-Addict-2176766489031110/ Mon compte Twitter : https://twitter.com/sbiodore Mon compte Linkedin : https://www.linkedin.com/in/sabrinabiodore/ Ma page Tipee : https://fr.tipeee.com/serial-series-addict

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *