Series coup de poing : J’ai regardé The Handmaid’s tale

J’ai regardé The Handmaid’s tale, une des series coup de poing du moment. Et ça m’a fait froid dans le dos ! (Attention, nombreux SPOILERS, pour ceux qui n’ont pas visionné d’épisodes).

Même si je n’ai pas aimé tout ce que j’ai vu, j’ai eu une envie irrépressible de regarder la suite, épisode par épisode. Comme si J’avais le Devoir de savoir comment on pouvait en arriver là. « C’est une de ces nouvelles series« , me disais-je en visionnant les épisodes… « Heureusement, ce n’est pas possible ! », me rassurais-je !

Et si… ?… Si c’était possible ?

« Comment » et « pourquoi » sont les premières questions qui me viennent à l’esprit. Mais pas seulement !

Et c’est en cela que toutes les dystopies (fictions se déroulant dans un monde post-apocalyptique, dont les individus qui la composent ne peuvent atteindre le bonheur) sont effrayantes. Elles montrent un versant de la réalité. Un versant pas vraiment idéal et même souvent horrible. Reprenons l’histoire de cette captivante serie depuis le départ !

The handmaid’s tale : l’oppression des femmes

The handmaid’s tale, se traduit par La servante écarlate. La série, créée par Bruce Miller, est adaptée du roman éponyme, écrit par Margaret Atwood (1985).

Ecarlate, c’est la couleur que porte une certaine catégorie de femmes, dans la série et dont le rôle est réduit à la procréation pour d’autres couples. En effet, dans le cadre de cette dystopie, la majorité des femmes sont stériles et le nombre d’enfants vivants est réduit.

series
June, héroïne malgré elle, de la série The Handmaid’s tale.

La série suit les aventures de June, une femme parmi d’autres, dont la vie se transforme en cauchemar lorsque le groupuscule GILEAD prend le pouvoir aux Etats-Unis. Peu après ce coup d’état, les libertés fondamentales des femmes sont supprimées unes à unes. Ces dernières sont ensuite séparées selon trois catégories distinctes, qui les définissent à jamais :

  • les Servantes, mères porteuses désignées (qu’elles soient d’accord ou pas)
  • les Marthas, domestiques de maison
  • les Epouses, femmes des hauts dignitaires, qui tiennent la maison

Au début de la série, June est arrachée à sa famille (elle est mariée et a une petite fille de 5 ans). On suit donc, à l’aide de flash-backs récurrents, au cours des épisodes, son enlèvement, sa « préparation » à son nouveau rôle et les châtiments subis par celles qui souhaitent se rebeller.

Une violence omniprésente

La violence, dans les series est clairement exploitée, de nos jours. Toutefois, dans the Handmaid’s tale, la violence est omniprésente. La violence, c’est ce climat quotidien que vivent les femmes, dans cette société où elles n’ont plus de droits. Ni droit à la parole, ni le droit de jouir de leur liberté, ni le droit de lire, ni le droit d’aimer… Leur existence est tout simplement niée. La violence, c’est aussi le rituel de procréation institutionnalisé par GILEAD. En effet, les servantes subissent un rapport sexuel forcé, chaque mois, avec le Commandant chez lequel elles vivent, assisté de son épouse. Un « viol légalisé », justifié par des lois évasives. Et les femmes qui se révoltent, qui aspirent à fuir cette vie tout simplement inhumaine, subissent de violents châtiments.

Un espoir malgré tout

Malgré un contexte répressif établi, de l’espoir transparaît tout de même, au fur et à mesure des épisodes de la serie. June, l’héroïne, par exemple, refuse de se laisser aller au désespoir et choisit de se battre contre le statu quo. Pour sa fille, pour elle-même. On voit donc des personnalités se détacher, mettre en place une vague d’entraide, de solidarité, de refus… que seul le courage peut pousser à affirmer, lorsque le danger ou la mort sont les réponses à tout acte de rébellion. Et il en faut, dans un tel contexte.

series
Les servantes écarlates, femmes privées de leurs droits, destinées à procréer, dans la série éponyme.

Saluons ici le jeu d’actrice d’Elisabeth Moss, qui interprète June Osborne,et dont le visage reflète intensément, tour à tour l’effroi, la peur, le dégoût, la révolte, le refus, l’indignation face aux situations qu’elle rencontre. Une palette d’émotions qu’elle réussit à transmettre de manière intense, grâce à son interprétation. Son jeu d’actrice impressionnant amène le spectateur à souffrir aux côtés de cette héroïne involontaire, qui réagit grâce à un instinct de survie tenace et prononcé.

Renommée Offred, par les représentants de Gilead pour préciser son rôle dans la société, June vit chez le Commandant (interprété par Joseph Fiennes) et sa femme, Serena Joy (interprétée par Yvonne Strahovski ). Les interactions entre les personnages montrent à quel point la situation de l’héroïne est particulièrement invivable et tortueuse.

Des questions éthiques à soulever

Retrouver sa petite fille, sauver celle qu’elle a mise au monde, retrouver son amour perdu et sa liberté, redonner de l’espoir à certaines de ses compagnes d’infortune…, en cela, le courage de June s’avère exemplaire et montre que tout être opprimé est destiné à se révolter, un jour ou l’autre. Le combat pour la liberté n’est-il pas parmi les plus justes ?

Même si The handmaid’s tale fait partie des series difficiles à regarder, le show soulève de nombreuses questions éthiques, telles que la grossesse pour autrui, les droits des femmes, la sexualité consentie ou les violences sexuelles subies par les femmes, les droits humains fondamentaux. Quant à l’espoir de jours meilleurs, il s’installe, au fur et à mesure des épisodes, pour nos héroïnes victimes, grâce à l’élaboration de la la résistance au système. Comment ne pas être révolté, face à un monde d’une cruauté sans nom ?

En matière de droit des femmes, si l’on est loin de la condition féminine établie dans la série télévisée, beaucoup reste à faire, dans notre société. Les femmes continuent à se battre chaque jour pour plus d’égalité ! Ce combat doit rester intact, continuel, fort, afin de conserver les droits acquis par les femmes, au cours des siècles, et atteindre l’égalité souhaitée. Ce genre de série ne manque pas de nous le rappeler.

Et vous qu’avez-vous pensé de The Handmaid’s tale ? N’hésitez pas à laisser des commentaires, donner vos impressions sur cette série coup de poing !

Rendez-vous pour la saison 3 en avril 2019 !

 

Sabrina Biodore

Rédactrice web, auteure et blogueuse, je suis fan de séries TV et de cinéma. J'ai choisi la thématique des séries, pour mon premier blog, car, à mon sens, elles nous aident à réfléchir et à amorcer des axes de réflexion sur le monde d'aujourd'hui. Elles ont d'ailleurs, un impact sur celui-ci. N'hésitez pas à commenter les articles, apporter des suggestions, vous inscrire sur la page Facebook Serial series Addict ou (pourquoi pas !), me soutenir via ma page Tipee. Bienvenue à tous les serial series @ddicts et bonne lecture !!! Ma page Facebook : https://www.facebook.com/Serial-Series-Addict-2176766489031110/ Mon compte Twitter : https://twitter.com/sbiodore Mon compte Linkedin : https://www.linkedin.com/in/sabrinabiodore/ Ma page Tipee : https://fr.tipeee.com/serial-series-addict

Une pensée sur “Series coup de poing : J’ai regardé The Handmaid’s tale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *